Il pleut des braises sur mon cher Pays !

J’aimerais rester sans mot dire sur la situation qui prévaut actuellement, ne point me prononcer sur les avis divergents des uns et des autres. Mais, je ne saurais me fermer éternellement derrière ce mur de silence, lézardé par des manifestations d’indifférence hypocrite. Il pleut des braises sur le Bénin, l’étau se resserre au tour de notre ère de paix et la panique gagne davantage les cœurs.

Quand je vois des militaires un peu partout dans les villes, des chars qui sillonnent les rues comme si nous eûmes été à une époque de révolution où les couvre-feux battaient le plein, j’ai peur. Comment en est-on arrivé là ? L’issue doit-elle être forcément fatale ?

Les élections sont une marque de la bonne santé de notre démocratie et de l’équilibre social qui doit prévaloir pour donner l’espoir d’un développement meilleur.

Mais quand elles deviennent la chasse gardée d’un seul camp où la raison de l’un prédomine unilatéralement sur celles des autres, le pire est à craindre !

Crédit : pixabay.com

A la base, ça avait l’air d’un jeu, un simulacre de conflits entre politiques qui allait finir par connaître un dénouement heureux. Sans bruit ni tapage, bref une comédie comme on en a l’habitude dans l’arène de nos leaders. Mais à l’allure où vont les choses, on se croirait dans GAME OF THRONES, sauf qu’ici chacun a son scénario et son grand jeu pour prendre le trône de fers. Nous sommes dans une impasse où pour trouver une issue les parties préfèrent se livrer à un bras de fer qui pourtant n’en valait pas la peine. Il faut prendre le taureau par les cornes pour s’armer contre la venue sur nos terres du spectre de la guerre civile. « On sait quand ça commence, mais jamais quand ça finit » dixit un dicton populaire.

Et il n’est pas encore tard pour se raviser.

Quand j’entends des menaces qui tombent çà et là tous azimuts comme des mouches arrosées par des insecticides, j’ai davantage peur pour mon pays. Lorsque des menaces de mort contre des citoyens sont adressées par leurs frères de patrie, quelque chose ne va plus. Et le pire, lorsque certains jeunes se livrent à des insultes sans frein contre leurs aînés dans des débats d’idées ou lorsque les « klébés » férus de « klébardise » promeuvent leur ventre en soutenant l’innommable, c’est que l’ordre social se renverse en un clin d’œil. 

pixabay.com

La menace est d’autant plus audible que toutes les bouches poussent une clameur de haro sur l’exclusion (dite) de certains partis politiques, pour marteler que sans élection inclusive, il y aurait du feu et du sang ! Des poches de résistance naissent, et les vocables comme « siège de la résistance » « la patrie ou la mort » « arrestations arbitraires » qu’on lisait dans nos bouquins ou entendait dans des films de dictateurs sanguinaires sont devenus familiers à nos oreilles ! Et que dire des forces de l’ordre qui vont militariser ces dits « sièges de la résistance » et pèsent de plus en plus par leur présence un peu partout où on soupçonne un rassemblement non autorisé ?!

Les yeux en feu pour illustrer la panique qui consume les cœurs.
Crédit : pixabay.com

Mais que voulons-nous en réalité ? Le peuple ne veut qu’une chose. Une seule chose pour laquelle devraient militer ses prétendus représentants à l’hémicycle : trouver un consensus pour que toutes les voies aillent aux joutes électorales. Mais, par malheur, il s’en trouve qui veuillent balayer du revers de main cet idéal pour trouver confort derrière une élection exclusive qui nous conduira à notre perte ! La mauvaise foi aidant, ils se bouchent les oreilles aux aspirations du peuple oubliant les notions élémentaires de reddition de compte et de redevabilité. Cependant, il n’est pas encore tard pour faire demi-tour. La promotion de l’excellence part de l’esprit de la compétition. Et l’on dit bien qu’il n’y a pas de gloire sans croix. Une victoire facile sans lutte n’en est pas une, car, non empreinte de défis.

pixabay.com

Le peuple veut écouter, lire et juger les projets de société de l’ensemble des partis, et non d’une frange taillée sur mesure d’entre eux.

In fine, l’heure est plus que tout à la raison de parler le même langage. La loi du talion, le fameux œil pour œil, dent pour dent, n’a plus sa place. L’usage de la force n’apporterait pas la solution car nous ne sommes pas dans la jungle où l’on courbe l’échine face au plus fort. L’ange de la mort n’a plus de secret pour certains. Et les Thomas Sankara, Sékou Touré et Martin Luther King naissent de plus en plus au sein de la population. Il est donc nécessaire de mettre l’intérêt général en avant et d’agir dans ce sens. Promouvons la paix dans notre pays. Humblement, à nos chers dirigeants actuels je demande de nous éviter le pire et d’inviter les exclus à s’inscrire dans le processus électoral au même titre que les privilégiés. Ce n’est qu’à ce seul prix que nous aurions gagné le pari d’une élection libre et transparente !

Deux chevaux qui font librement leur course. En faisant une élection inclusive, on pourrait s’identifier à la même image, car personne n’empêchera l’un de lutter librement. Crédit : pixabay.com

Agissons avant qu’il ne soit trop tard !

Emmanuel Ganse, #AmbassadeurDePaix

Show CommentsClose Comments

0 Comments

  • Charlène
    Posted avril 19, 2019 at 6:21 0Likes

    Ta plume est juste wao 🔥🔥

    • Emmolière
      Posted avril 19, 2019 at 9:46 0Likes

      Merci Lucie pour la lecture. Ca fait vraiment plaisir. À bientôt de te recevoir par ici.

  • Ji
    Posted avril 19, 2019 at 10:34 0Likes

    Bel éveil de conscience ! Si nos acteurs politiques pouvaient te lire…

    • Emmolière
      Posted avril 21, 2019 at 6:25 0Likes

      C’est le plus grand souhait Jihanne. Vivement que ces mots leur parviennent afin qu’ils puissent en prendre acte pour le grand bonheur des citoyens que nous-sommes. Au plaisir de te relire bientôt ma chère.

  • Inès Noukpo
    Posted avril 19, 2019 at 11:21 0Likes

    Réflexion bien profonde!
    Je t’encourage dans ta lutte incessante avec les mots pour guérir les maux dont souffre notre pays depuis peu.
    Vivement que ton cri soit entendu.

    • Emmolière
      Posted avril 21, 2019 at 6:23 0Likes

      « Les mots pour guérir les mots », c’est capital dans la lutte que nous faisons. Merci bien ma chère pour ton commentaire. J’espère te relire vivement la prochaine fois.

  • Mathias
    Posted avril 20, 2019 at 7:00 0Likes

    Bravo! La paix. Juste la paix.

    • Emmolière
      Posted avril 21, 2019 at 6:21 0Likes

      Et rien d’autres mon cher. Merci d’être passé et au plaisir de te revoir par ici.

  • Phane Kabamba
    Posted avril 20, 2019 at 11:11 0Likes

    Agissons avant qu’il ne soit trop tard !

    Rien que la paix !

    Stéphane

  • Emmanuel LOCONON
    Posted avril 20, 2019 at 12:53 0Likes

    Excellent.
    En plus, une belle présentation physique.
    Bien cher homo.

    • Emmolière
      Posted avril 21, 2019 at 6:20 0Likes

      Merci Manu pour ta lecture et tes appréciations. J’en suis heureux.

Leave a comment