1er Multiplex africain: l’antidote des scrabbleurs contre la COVID-19

Appelés encore une fois au front pour livrer la bataille des mots, les joueurs béninois du Scrabble ont retrouvé leur marigot dégoulinant de passion pour s’enivrer du jeu qui leur fait remuer les méninges à la vitesse de la lumière. Longtemps durant, ils étaient restés tapis dans leurs tanières à cause de la COVID-19 qui avait remué le monde entier. Aujourd’hui, requinqués par le plaisir de retrouver les tournois de grande envergure, ils ont repris les armes du jeu pour livrer bataille les 27 et 28 mars 2021.

Quatre pays d’Afrique autour du 1er multiplex africain de Scrabble

Le multiplex se résume à des simultanés de Scrabble sans enveloppe et sans que les parties soient tirées d’avance. Les tirages sont faits, à partir d’un ou plusieurs centres dédiés et joués en direct. Il y a des supports numériques qui permettent aux centres de jeux de jouer les parties en direct, avec des décalages inévitables de quelques minutes. Pour cette première édition conduite sous le leadership de la fédération béninoise de Scrabble, 4 pays étaient en course avec 5 centres de compétition : le Bénin qui est choisi comme le centre de tirage pour les autres pays tels que le Congo Brazzaville, le Niger et enfin le Sénégal qui a joué depuis deux centres différents.

Une grille de jeu capturée le premier jour du tournoi.

Température du jeu dans les premières parties du tournoi

Chacun focus devant sa grille, les lettres en association pour trouver les bonnes combinaisons, d’autres la main au menton en bons penseurs, les scrabbleurs en course donnaient le meilleur pour finir sur le podium gagnant. Seulement, la COVID-19 n’ayant pas facilité la mise à niveau de beaucoup, il eut des couacs et des bugs. Et stress et angoisse PAVERENT le centre du tournoi tant et si bien que même les cadors du jeu n’en étaient à l’abri. Dans la deuxième partie du tournoi homologué de 3 parties par exemple, l’arbitre en la personne de Joël Arsène Noumonvi fit lecture d’un tirage contenant assez de voyelles. Roland Hounsou a écopé d’un zéro parce qu’il n’a pas indiqué la référence du mot et le point mentionné ne correspondait pas au mot joué. Moussa-Fils Djibril n’a vu aucun des deux scrabbles (EGAIERAI – GAINERAI) et perd un peu plus 50 points. Mais persévérance semblait être le mot d’ordre, personne ne souhaitant baisser la garde pour cette aventure épique.

Une grille d’une partie de jeu.

Lumière sur ces mots qui n’ont pas tendu la perche aux scrabbleurs

Dans la bonne ambiance qui régnait dans la salle, chacun à sa table devant ses outils de compétition, les tirages n’ont pas toujours été aisés pour les champions. Il y a des mots particulièrement costauds dont ils ignoraient l’existence et qui quand même auraient redoutablement contribué à booster leurs performances dans les différents classements. D’autres mots étaient considérés comme bizarres du fait de leur composition qui ne donnait pas l’air de mots existants ou de mots dont le sens pouvait être deviné. « Arf !», onomatopée exprimant le dépit, est par exemple un mot qui a fait douter le grand Gevron Tchiakpè dans l’alignement de ses différentes compositions sur la grille ! KEFIE, pour désigner une coiffe traditionnelle des paysans arabes, mais bien sûr il fallait connaitre pour écrire. Et des mots plus complexes il en existe encore. THERMISA, un mot qui selon le directeur Pôle Afrique de la fédération internationale de Scrabble, Olivier Assinou a fait tomber plusieurs compétiteurs, car c’était une perle qui valait l’or. Et pourtant, si de votre vie, vous avez déjà pris un lait cru chauffé pendant au moins 15 secondes à des températures comprises entre 57 et 68 °C, c’est que vous avez consommé du lait THERMISE. Il n’est pas à occulter non plus les difficultés rencontrées dans la suite des parties avec YACHTMEN, GRABENS que seul connaisseur connaît.

TOPER, l’acte véritable pour célébrer la francophonie !

Une compétition certes, mais il fallait bien jouer pour que le jeu soit beau et empreint de finesse. Le tournoi est organisé en marge de la célébration de la journée mondiale de la francophonie. Les mots étaient donc à l’honneur et témoignaient aussi bien la magnificence qui réside dans la langue française. TOPER, comme l’a dit Nicanor Covi, c’est l’action de trouver toutes les solutions d’une partie quand on joue à une épreuve du duplicate. Et cet exploit, Gevron Tchiakpè, l’a réalisé avec des mots subtilement composés à partir des tirages de la dernière partie du tournoi homologué joué le dimanche 28 mars 2021, dernier jour de la compétition. Cette prouesse que d’autres joueurs LORGNAIENT pourtant lui a valu un généreux PRIX en guise d’encouragements.

Ces grands vainqueurs du 1er multiplex africain

A l’issue de toutes les épreuves, certains ont pu briller de par leur maîtrise des rouages de la langue française et des stratégies à leur actif pour s’imposer dans le jeu et terminer sur le podium avec un rayon lumineux de sourire. Suivant les différentes séries et eu égard aux points cumulés par chaque joueur à l’issue des différents Tournois homologués de ces deux jours d’intenses jeux, voici ces grands noms dont il faudra se souvenir pour toutes les sensations créées pour venir au sommet: AFFATON Julien, AGBANGLASSI Emile, ADJOVI François Xavier, Djibril MOUSSA FILS, Gevron TCHIAKPE et bien d’autres qui ont réalisé différentes prouesses.

En somme, jouer au Scrabble nécessite de la concentration et une maitrise des règles du jeu. La langue française est belle, riche, diversifiée et favorable à l’expression de l’éloquence. Ce multiplex organisé par la fédération béninoise est un succès qui a permis de révéler des talents du Scrabble, de raviver la flamme des tournois chez d’autres et d’être un lieu de festin pour d’autres encore. Cap sur les prochains tournois pour des moments intenses de plaisir… n’en déplaise à la pandémie!

Show CommentsClose Comments

Leave a comment